Vos croyances limitantes: apprenez à les contrôler

with Pas de commentaire

Gestion de nos pensées: les croyances

 

Nos pensées nous accompagnent tout au long de notre vie et ont une forte influence sur ce que nous pouvons ressentir ou faire.

Les pensées négatives liées par exemple à l’impression d’être incapable de faire telle ou telle action, induit une démotivation et réduit notre propre champ d’action. Que ce soit dans le sport ou dans le milieu personnel ou professionnel, il est fréquent d’entendre « je suis nulle, j’y arriverai jamais » ; « moi et la course ça fait deux » ; « mon coup droit a toujours été mauvais » etc. Ces pensées peuvent fermer la porte à de nombreux objectifs et entrainer des blocages. Le fait par exemple de se dire que son coup droit est mauvais, induit un « auto-handicap ». La plus part des gens ont tendance à confirmer cette croyance qu’ils se sont construits sur eux même ou sur leur environnement.

Afin d’oser et d’entreprendre des actions nouvelles, de gérer ses blocages et de se faire confiance, plusieurs étapes sont nécessaire.

La première étape consiste à faire un travail introspectif afin de connaître l’origine de ses idées sur soi. Comprendre d’où elles viennent et l’extérioriser est une manière de « sortir de soi ». Cela ouvre la possibilité de  remplacer ses croyances par d’autres pensées plus conformes à la réalité.

 

Ex : Un coureur qui après avoir abandonné lors d’un marathon se persuade : « je suis très mauvais en endurance ». Cette généralisation hâtive pèsera sur ses résultats futurs en amenant le risque que ses attitudes confirment cette idée préconçue.

Une fois cette croyance négative clairement formulée, l’idée est de trouver une nouvelle hypothèse qui serait plus constructive afin de progresser dans son sport. « J’ai les capacités physiques et mentales pour aller au bout d’un marathon».

Ensuite, le sportif cherche à trouver des arguments et des contre arguments pour ces deux pensées. Celle ayant le meilleur rapport arguments/contre arguments, est certainement la plus juste et la plus objective.

cognitions

 

 

cognitions

 

Les cognitions dysfonctionnelles impactent l’image que nous avons de nous-même, notre performance, la gestion de nos émotions et les interactions au sein d’une équipe. Une manière de travailler sur sa confiance en soi est de changer ces pensées/ croyances comme exposé ci-dessus. Cela se fait dans le respect des valeurs de chacun.

 

L’autre possibilité est d’utiliser la mindfulness afin d’accepter ses propres cognitions plutôt que de dépenser son énergie psychique à lutter contre des pensées inhibitrices.

 

Anaëlle Malherbe

 

Pour en savoir plus : contactez moi

Répondre