Hypnose et sport

with Pas de commentaire

L’intérêt de l’hypnose dans le sport ?hypnose et sport

 

Le sport ouvre ses portes à l’hypnose depuis que certaines recherches scientifiques ont démontré ses bénéfices dans ce domaine. L’hypnose est utilisée dans plusieurs champs d’intervention tels que la gestion de la douleur, de l’anxiété, les insomnies, les dépressions réactionnelles, les phobies etc.

 

Je vous propose de découvrir l’intérêt qu’il peut y avoir à utiliser cet outil dans le domaine sportif. Inutile de rappeler l’importance d’une formation médicale ou paramédicale en complément de cette formation certifiée en hypnose afin de garantir une prise en charge éthique, responsable et centrée sur le besoin du patient.

 

Pour l’anecdote, je me forme moi-même à l’hypnose alors même que cette approche me semblait mystérieuse et quasi mystique il y a quelques années. Après avoir fait un weekend d’initiation et vue les bénéfices que certaines personnes en retiraient, j’ai commencé à m’y intéresser. Parfois, ce sont les éléments qui nous mettent le plus à distance, qui peuvent finalement se trouver intéressants à explorer.

Pour déclencher l’état hypnotique, le thérapeute propose généralement au sportif de se remémorer un souvenir agréable. Lors de cette phase le thérapeute parle calmement et accompagne la personne vers cette remémoration d’un événement plaisant en insistant sur les perceptions sensorielles agréables.

Une sensation de bien-être s’installe progressivement et l’athlète se détend à la fois physiquement et mentalement. La sensation de fatigue musculaire s’estompe, la respiration se modifie, les perceptions sensorielles deviennent plus claires et plus précises. Dans un second temps, le thérapeute aborde l’objectif de la séance (ex : gestion de son stress en compétition ; difficulté à réaliser un enchaînement technique en gymnastique etc.) en suggérant une amélioration de l’état du sujet et une atténuation puis une disparition du trouble.

Ainsi, la gestion du stress (pré)compétitif peut être abordée sous hypnose tout comme le travail sur le niveau de douleur (ex : sensation de brûlure des muscles lors d’une séance de vitesse pour un cycliste ou un nageur) ou encore l’automatisation de gestes techniques.

 

Michael Schumacher se mettait dans cet état hypnotique avant une course afin d’être concentré de manière optimale. La moindre erreur en Formule 1 peut être critique. Les exercices d’auto hypnose permettent ainsi d’agir sur son état émotionnel et sur sa concentration afin de se mettre « dans sa bulle ».

 

 

 

Hypnose et imagerie mentale :

 

L’hypnose permet également d’augmenter l’automaticité de gestes techniques qui sont nécessaires lors de compétitions. Cet usage rappelle l’utilisation de l’imagerie mentale, outil également utilisé en préparation mentale dans le but d’apprendre un geste technique ou d’améliorer l’efficience de ce dernier. Etant donné que les perceptions sensorielles sont plus accrues sous hypnose, le fait de travailler sur l’exécution parfaite d’un geste ou d’une technique, induit une amélioration notable.

 

Dans le cadre d’une blessure, le fait de travailler sur la visualisation du processus de guérison et la sensation que le membre atteint (ex : le genou lors d’une rupture des croisés) recouvre ses sensations et sa mobilité initiale améliore le processus de guérison. Il est fréquent de constater que certains athlètes revenant de blessure ont l’appréhension de se blesser de nouveau, ne faisant plus confiance à la partie de leur corps ayant subi la blessure.

 

L’ancrage :

 

Enfin, une autre utilisation de l’hypnose peut être celle de l’ancrage. Certains praticiens en PNL utilisent également cette méthode pour permettre à un sportif de garder en mémoire un mot, un geste ou une image dont l’évocation ou la mise en œuvre induisent un état mental prédéfini.

 

Ex : un golfeur qui souhaite se sentir serein et détendu avant un swing, aura ancré la sensation du geste parfait en la reliant au mot « zen » et à l’image de la mer. En ayant répété cet ancrage à l’entrainement, le simple fait de se dire « zen » ou de visualiser l’image de la mer, lui permettra de se sentir détendu et serein.

 

Anaëlle Malherbe

 

Essayez maintenant !

Répondre